top of page
  • JPB

HE et dégénérescence cognitive

Vous aviez lu dans la note sur l’HE de yuzu les effets démontrés de la diffusion d’HE de yuzu sur l’irrigation du cerveau. Un papier de Cynthia C. Wooet al.

rapporte une étude double aveugle sur desadultes âgés(60 à 85 ans) qui respirent pendant 2h par nuit et pendant leur sommeil des huiles essentielles diffusées dans l’air. L'enrichissement olfactif modifie l'anatomie du cerveau et prévient le déclin cognitif conclut-elle. L’expérimentation consiste à changer chaque nuit seulement 7 HE différentes pendant 6 mois. Encore une fois le rôle du cortex préfrontal est mis en évidence dans l’amélioration de la mémoire via l'amygdale basolatérale.

Les HE utilisées étaient rose, orange, eucalyptus, citron, menthe poivrée, romarin et lavande.

Il est clair que les expérimentateurs utilisent les huiles essentielles les plus communes parmi les productions du commerce occidentale (lavande, orange...)

sans en connaître les effets directs, ce qui est un biais dramatique. Et quand ils ont connaissance des huiles essentielles d’agrume, les auteurs ne sortent pas du citron, orange, bergamote. https://www.jcdronline.org/admin/Uploads/Files/64c485723f5c47.45419124.pdf

Pourtant on sait que les huiles essentielles sont des armes prioritaires de l’arsenal anti neurodégénérescence

L’influence positive duD-limonène (huile essentielle de Citrus lumia) a aussi été confirmée sur stress et dégénérescence, et aussi l’importance des neuro anti-inflammatoires

Et là les publications asiatiques avec les huiles essentielles d’agrumes asiatiques sont à lire : Yuzu et neurodégénérescence et surtout ce merveilleux agrume qu’est le pamplemousse (C. maxima) et qui est le grand inconnu hors de l’Asie de l’est.

Dont l’huile essentielles (naringine) diminue les troubles cognitifs et la neuro inflamation.


En quoi je suis fier d’en extraire de cultivars asiatiques.



7 vues0 commentaire

Коментари


bottom of page